Sortir Zen

Le site des événements pour votre bien-être

L'ego selon Eckart Tolle

L’EGO par Eckart Tolle : extraits

La plupart des êtres sont totalement identifiés avec la voix dans la tête, le flot incessant de pensées involontaires et compulsives, ainsi que des émotions qui les accompagnent. Tant que vous n’en êtes pas conscient, vous prendrez « celui qui pense » pour votre identité. C’est le mental « égoïque ».

Nous l’appelons ainsi, car il y a un sens de « je » (ego) dans chaque pensée, souvenir, interprétation, jugement, opinion, point de vue, réaction, émotion.

D’un point de vue spirituel, c’est de l’inconscience. Le centre de l’activité mentale consiste en des pensées, émotions et schémas de réactions répétitifs et persistants, avec lesquels vous vous identifiez le plus. Cette entité est l’ego.

Dans la plupart des cas, quand vous dites « je », c’est l’égo qui parle, pas vous. C’est une ensemble de pensées, émotions, un paquet de souvenirs avec lesquels vous vous identifiez « moi et mon histoire « , l’ensemble des rôles que vous jouez, et l’identification collective (nationalité, religion, race, classe sociale, appartenance politique…). Il contient aussi les identifications personnelles non seulement avec des possessions, mais aussi des opinions, une apparence extérieure, des ressentiments, ou des concepts de vous-même comme étant meilleur ou pas aussi bon que les autres, comme un succès ou un échec.

Le contenu de l’égo varie entre les personnes, mais dans chaque ego, c’est la même structure qui opère. Les égos ne diffèrent qu’en surface. Ils sont fondés sur l’identification et la séparation. Quand vous vivez dans ce soi fait de l’esprit, constitué de pensées et émotions (l’égo), la base de votre identité est précaire, car pensées et émotions sont par nature éphémères et changeantes. Donc, chaque ego lutte constamment pour survivre, essayant de se protéger et de s’affirmer. Pour se maintenir, la pensée « je » a besoin de la pensée « l’autre ». Les autres sont d’autant « autres »que je les considère avec hostilité. Par conséquent, un aspect de ce schéma « égoïque » inconscient, est l’habitude compulsive de critiquer, blâmer, trouver des torts et se plaindre des autres. Un extrême de ce schéma « égoïque »inconscient, est la violence physique entre les individus et les nations (…).

Les expressions du schéma égocentrique

L’habitude de se plaindre des autres

Se plaindre est l’une des stratégies favorites de l’ego pour se renforcer. Chaque plainte est une petite histoire que l’esprit fabrique jusqu’à y croire totalement. Que cette plainte soit silencieuse ou verbale, cela ne fait aucune différence. Certains égos qui n’ont pas grand-chose à quoi s’identifier, survivent aisément grâce à ces plaintes perpétuelles. Si vous êtes dans les griffes d’un tel égo, les plaintes – en particulier contre les autres- sont habituelles et inconscientes, c’est-à-dire que vous ne vous en rendez même plus compte. Appliquer des jugements négatifs sur les autres, soit en leur disant directement, soit en les pensant, soit le plus souvent en les confiant à d’autres, fait souvent partie de ce schéma. C’est le besoin de l’égo de triompher.

Le ressentiment

C’est une émotion qui va avec l’habitude de se plaindre et d’appliquer des jugements sur les autres. Le ressentiment implique être amer, offensé, indigné. Vous désapprouvez la cupidité des autres, leur manque d’honnêteté, ce qu’ils font, ce qu’ils ont fait, ce qu’ils ont dit, etc…. L’égo adore cela. Au lieu de ne pas donner d’importance à l’inconscience des autres, vous en faites leur identité. Mais qui fait cela ? L’inconscience en vous, l’ego. Et parfois, la faute vue en autrui n’existe pas : c’est une projection totale, une mauvaise interprétation, un conditionnement du mental à voir des ennemis, à se mettre en position de supériorité.

La réactivité et la colère

Le ressentiment est l’émotion accompagnant souvent l’habitude de se plaindre, et cela peut aussi aller avec une émotion plus violente, comme la colère. La charge énergétique est alors plus grande et se transforme en réactivité, une autre façon qu’a l’ego de se renforcer. Beaucoup n’attendent que la prochaine occasion de réagir contre quelque chose qui les aura dérangés ! « Comment osez-vous ? C’est scandaleux ! Tu as vu ce qu’elle a dit ?! ». Ils sont comme drogués à la réactivité et à la colère : cette réactivité renforce leur sens d’existence. Un ressentiment durable est un grief permanent, un état permanent de révolte « contre ». Les griefs collectifs peuvent durer des siècles et entretenir la violence.

Le désir d’avoir raison

L’habitude de se plaindre, de critiquer les autres, la réactivité, renforcent le sens de séparation qu’à l’ego, sens qui le maintient en vie. Mais ils renforcent aussi l’ego en lui donnant un sens de supériorité. En vous plaignant, vous impliquez que vous avez raison et que l’autre, ou la situation, est erronée. Il n’y a rien qui renforce plus l’ego que d’avoir raison. C’est une identification avec une position, une opinion, un jugement. En fait, vous avez besoin de rendre les autres fautifs, de les voir dans l’erreur, pour gagner un plus grand sens de vous-même. Avoir raison vous place dans une position de supériorité imaginée et c’est que l’égo désire ardemment. Si quelqu’un a plus, sait plus, est plus ou peut faire plus, l’ego se sent menacé, car le sentiment de « d’être moins que l’autre »diminue son sens imaginé de soi-même. Pour restaurer ce sens, il diminue, critique l’autre, et minimise la valeur de la personne.

 

Comment dépasser l’ego ?

1/ Avoir raison sans ego

Imaginez que vous ayez raison sur un fait ou une situation. Si vous dites « Crois-moi, j’ai raison. Pourquoi tu ne me crois jamais ? », l’ego se manifeste, il y a identification avec le fait énoncé, il y a personnalisation, le fait est devenu une position mentale. L’ego prend tout personnellement et l’émotion alors naît. Il faut détendre la vérité, ce qui est vrai, et non cette illusion de vous-même qu’est l’ego.

2/ Chercher la vérité

Il y a une Vérité absolue. Quand vous trouvez cette Vérité, vos actions sont en ligne avec Elle. Cette Vérité est inséparable de ce que vous êtes : vous n’êtes pas cette illusion qu’est l’ego, vous êtes la Vérité, l’Être même.

3/Dépersonnaliser l’ego

L’ego est une force impersonnelle, qui s’exprime dans tous les conflits à travers le monde. Si vous n’arrivez pas à voir la cupidité, l’égoïsme, l’exploitation, la violence, la cruauté visible dans ce monde, comme des manifestations individuelles et collectives d’un dysfonctionnement de l’esprit, vous commettez l’erreur de les personnaliser. Quand vous confondez l’ego perçu chez les autres comme leur identité, c’est le travail de votre propre ego qui cherche satisfaction dans la critique, la condamnation, l’indignation. Rappelez-vous : ce que vous désapprouvez le plus chez les autres, ce à quoi vous réagissez le plus, est en vous aussi. Mais ce n’est pas plus qu’une forme d’ego, et comme tel, complètement impersonnel. Cela n’a rien à voir avec ce que la personne est, ce que vous êtes.

4/Chercher la paix et non la guerre

Voulez-vous la paix ou la guerre ? Quand l’ego est en guerre, c’est une illusion qui se bat pour survivre. La solution est d’apprendre à entrer dans la Présence, la vigilance, la pleine conscience. Si vous êtes assez vigilants, assez conscients, vous détecterez l’expression de l’ego.

5/ La pleine conscience

Qu’est ce que la réalisation spirituelle ? C’est voir clairement que ce que je perçois, expérimente, pense, ressens, n’est pas –de façon ultime- ce que « je suis », car tout cela change constamment et passe. Ce qui demeure éternellement est la lumière de la Conscience dans laquelle tout vient et s’en va. C’est l’Etre, le vrai et profond JE.

Commenter

Vous devez être membre de Sortir Zen pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Sortir Zen

Commentaire de Gerard le 27 janvier 2017 à 20:25
Waouaah je me ss reconnue les plaintes les coleres
Commentaire de jacques le 26 janvier 2017 à 12:06

Merci d'avoir publié ce texte,

je pense que nous avons besoin plus que jamais de cette communication. Le monde est dominé de plus en plus par l'Ego et nous pouvons en voir le résultat calamiteux aujourd'hui... 

Dommage de ne pas citer la source, est un texte ou une compilation de textes

Soutenir Sortirzen

Sortirzen vous apporte des satisfactions

Imprimez le document

Envoyez-le à l'association

ou par virement informatique

Un livre recommandé par SORTIRZEN

2018, OSEZ L'OPTIMISME

Pour commander le livre: Osez l'optimisme

Les médias en parlent

sur France 2 avec Télématin

Cliquez ICI

Évènements

© 2018   Créé par Sortir Zen.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation